Destinations de voyage en solo : Nouveaux endroits pour voyager en solo : Partie 2 : Australie

L’Australie est pour moi une destination de choix après avoir voyagé dans 55 pays. Ayant réservé un hôtel 5 étoiles dans le port de Sydney, j’ai été agréablement surpris à son arrivée. Ma vision de l’Opéra était à l’avant-plan. C’était si proche que j’étais assis sur le toit. Dans les 2 heures suivant l’enregistrement, j’étais dans un minibus pour une excursion d’une demi-journée.

Bien que l’Opéra de Sydney soit la scène la plus photographiée, il existe un symbole plus ancien de la ville : le Harbour Bridge. se profilant au-dessus de l’horizon. Les plus courageux peuvent faire un long voyage à travers le sommet. Un guide local a raconté comment lui et sa mère âgée avaient ri et avaient fait le tour ensemble. Pour le reste d’entre nous, il y avait beaucoup d’autres options plus près du niveau de la rue : de Quay, Darling Harbour, Parliament House, Sydney Zoo, St Mary’s Cathedral à Mrs. Et échantillonné dans de nombreux restaurants à proximité.

Bien sûr, en tant que touriste pour la première fois en Australie, l’observation des kangourous était au sommet de ma liste de souhaits. La plupart d’entre eux se trouvaient dans des zoos ou à l’extérieur de la ville, mais leur plus petit cousin sur pilotis, les wallabies, comme les cerfs, se cachait dans les banlieues en mangeant des fleurs et des plantes.

Après quelques jours à Sydney, il était temps de faire un petit tour à Melbourne. Comme pour Sydney, plus rapide, je suis tombé amoureux de Melbourne. Son architecture victorienne qui côtoyait des bâtiments modernes rappelait l’histoire coloniale de l’Australie. Cependant, Melbourne au 21ème siècle est une ville cosmopolite. Le quartier animé de Chinatown est rapidement devenu mon endroit préféré pour dîner.

Melbourne a été une excellente porte d’entrée pour les éco-tours. Tout d’abord, je me suis connecté avec une excursion d’une journée le long de la Great Ocean Road rocheuse et un autre jour, je me suis rendu à Phillip Island. En plus de voir des koalas (pas moins des ours) dans la nature sur le chemin, Phillip Island abrite des “bébés pingouins”. Ils reviennent de la mer en “radeaux” la nuit. Bien qu’août ait été une saison lente pour les repérer, entre 1000 et 2000 se sont présentés cette nuit-là. En plus de regarder depuis les gradins, les touristes peuvent marcher à leurs côtés sur une passerelle basse pendant que les pingouins se frayent un chemin à travers le sable jusqu’à leurs nids.

N’ayant pas assez d’aventure, je suis allé dans le Queensland tropical et la Grande Barrière de Corail située au large de la pointe nord-est de l’Australie dans la célèbre mer de Corail. En tant que seul voyageur en solo sur le circuit zorb lié au récif, j’étais le passager 201. Personne n’a à plonger ou à aller dans l’eau mais ne peut faire que le tour en bateau et, s’il le souhaite, le mini-sous-marin. Le podium ressemble à une grande aire de restauration ou à un petit centre commercial.

Le récif n’est pas la seule attraction du Queensland, mais c’est aussi une destination idéale pour visiter la forêt tropicale. A l’arrivée du train, j’ai rejoint un autre touriste comme compagnon de randonnée. Nous nous sommes perdus mais au lieu d’aller plus loin dans la forêt tropicale, nous nous sommes retrouvés à côté d’une autoroute en bon état. C’était une fin ridicule à notre environnement écologique. Nous avons réussi à trouver la télécabine pendant une demi-heure. Bien que je connaisse bien les remontées mécaniques et que mon compagnon de route ait gravi le Harbour Bridge, nous avons été ravis d’arriver au fond. À un moment donné, nous étions entourés de nuages ​​avec une vision floue. Quand j’ai entendu les oiseaux gazouiller juste à l’extérieur, je ne pouvais que deviner à quelle hauteur nous étions.

Il y a encore une aventure : même si c’était l’hiver, j’ai vu un lac artificiel de gondoles avec ski nautique “sans bateaux”, un nouveau concept pour moi. Le lendemain matin avant de me rendre à l’aéroport, j’ai pris un bus local pour le lac. Il faisait assez froid pour louer une combinaison sous les yeux des seuls surfeurs adolescents accompagnés de leurs parents. J’ai attendu trop tard, je n’avais plus le temps de me rendre à l’aéroport, j’ai donc raté ma chance. Je ne regrette pas de ne pas avoir escaladé le Harbour Bridge mais je suis désolé de ne pas avoir skié sans bateau et d’avoir passé plus de temps dans l’eau au récif.

Même si l’Australie était l’un des endroits où je sentais que je pouvais rester pour toujours, il était temps de rentrer chez moi le 16. Compte tenu de la taille du pays, il y avait de nombreux endroits à explorer, comme Ayers Rock au centre de l’Australie, Perth sur la côte extrême ouest, Port Arthur (Tasmanie), les pistes de ski de Thredbo ou Perisher et Kangaroo Island (Australie du Sud).

Quoi qu’il en soit, je recommande vivement l’Australie à mes compagnons de voyage en solo car :

1. C’était sympathique, sûr et facile à déplacer.

2. Mis à part les voyages en avion, le coût était modéré.

3. Il y avait plusieurs options pour l’aventure ou simplement la détente.

4. LE TEMPS D’Y ARRIVER Il n’y avait aucune raison de rester à la maison. Pensez à tous les films que vous pouvez regarder dans un avion !

Si vous ne l’avez pas encore visité, ajoutez-le à votre liste de choses à faire !

Leave a Comment

Your email address will not be published.